mtlvet_banner_3_fev_mars_2017

Incontinence urinaire, pas de panique !


L’incontinence urinaire est un réel problème. Médical ou comportemental, il doit être pris au sérieux. Néanmoins, l’incontinence urinaire est souvent mal interprétée. Si la grande sagesse de votre animal peut l’amener à être victime d’incontinence, certains peuvent avoir des problèmes de comportements, être victimes d’infections bénignes ou plus graves. Il est donc important d’en parler à votre vétérinaire pour en savoir plus…

L’incontinence urinaire est caractérisée par une fuite involontaire d’urine qui se produit le plus souvent lors du sommeil de Pitou ou Minou. Détendu, résolument heureux, votre compagnon rêve, se détend et inconsciemment ses muscles des voies urinaires (sphincters) se relâchent et agissent comme des portes à l’écoulement de l’urine.

Nombreux sont les propriétaires qui considèrent l’incontinence urinaire comme un symptôme irréversible de changement lié au grand âge de Pitou et Minou. Cette généralisation peut s’avérer inexacte et retarder une intervention médicale. En effet, l’incontinence peut être confondue avec d’autres problèmes urinaires qui nécessitent un traitement médical.

Il est donc important de distinguer l’incontinence médicale des problèmes urinaires comportementaux. Ces derniers peuvent être dus à certains facteurs comme le manque de dressage, le marquage territorial de certains chats, anxieux ou non castrés, ou à la perte des bonnes habitudes de Pitou, due à une faiblesse cognitive engendrée par la sénilité.

Les raisons de l’incontinence urinaire

Il existe plusieurs causes importantes d’incontinence. Certaines sont détectables, d’autres à exclure grâce à une analyse d’urine et un bilan sanguin. Par exemple, une cystite ou une infection bactérienne de la vessie cause des incontinences chez le chat âgé et la chienne de tout âge. Un simple traitement aux antibiotiques sera efficace pour améliorer la situation.

La consommation d’eau excessive peut aussi provoquer le débordement de la vessie. Le diabète, l’insuffisance rénale, la maladie de Cushing et les infections de la vessie peuvent tous causer une augmentation de l’apport en eau. Il est donc nécessaire d’effectuer des examens adéquats afin de diagnostiquer ou d’exclure ces maladies.

Finalement, l’incontinence réelle est caractérisée par l’affaiblissement des sphincters de la vessie, mais le vieillissement, l’obésité, la sensibilité réduite des récepteurs neurologiques dans les sphincters sont autant de facteurs à vérifier. Et si, finalement, votre animal est victime d’un affaiblissement musculaire de ses sphincters, il est possible de lui administrer un traitement afin d’en augmenter le tonus musculaire.

Quelle que soit la raison de ces pertes urinaires, parlez-en avec votre vétérinaire, afin de préserver le bien-être de votre compagnon à quatre pattes.